le désengagement s'installe: est-ce une fatalite

Le niveau d’implication, de chacun de nos salariés, est essentiel à la performance de nos entreprises. Ils sont le reflet du potentiel de motivation disponible dans nos structures. En 2012, Le taux de démotivation des cadres a augmenté de 22%, celui des cadres supérieurs de 33%.  Si le niveau général de motivation de nos salariés est préoccupant c’est l’engagement qui fait surtout défaut. Des études montrent, au plan mondial, que moins d’un salarié sur six est engagé. Pour autant le désengagement n’a rien d’une fatalité. Une nouvelle fois, les études montrent que le comportement du supérieur hiérarchique a une influence directe sur le niveau d’engagement de son équipe. Coincés entre une gouvernance qui exige des résultats et des collaborateurs qui revendiquent leur bien-être immédiat, les managers doivent, plus que jamais, repenser leur rôle et redéfinir leurs responsabilités pour parvenir à concilier ces deux attentes, en apparence antagonistes. En outre  l’enthousiasme et l’envie de s’impliquer ne peuvent émerger que de chacun, ils fluctuent pour des raisons multiples et ne sont pas le seul fait du manager et de l’entreprise. Comprendre cela et l’accepter permettront au manager de se considérer comme un faciliteur de motivation, à la fois attentif à créer un environnement propice et à aider chacun à se motiver, tout en restant lucide sur les limites de son pouvoir.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© JEAN-PIERRE KVOT CONSULTING